Islam du Coran - La Plume d'Or
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Blog & Forum ayant pour vocation de faire connaître le véritable Islam pur se trouvant dans le Coran, l’Islam de Lumière, l’Islam originel, la vérité même.
 
AccueilRechercherConnexionDernières imagesS'enregistrerCalendrierGroupesMembresFAQ
Le Deal du moment :
WD Green SN350 – Disque SSD interne NVMe M.2 ...
Voir le deal
99.99 €
-39%
Le deal à ne pas rater :
SEB Friteuse à huile (1.2 kg de frites)
49.99 € 82.35 €
Voir le deal

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 Rashad Khalifa : imposteur

Aller en bas 
AuteurMessage
Gold Kalam
Fondateur
Gold Kalam


Messages : 4244
Date d'inscription : 29/04/2021

Rashad Khalifa : imposteur Empty
13082023
MessageRashad Khalifa : imposteur

Islamcoranique.org

Rashad Khalifa: Imposteur
Que Dieu me pardonne et me guide pour tout ce que j’aurais pu mal interpréter dans cette étude et ailleurs. Qu’Il puisse nous guider vers une meilleure compréhension de Sa révélation afin que nous puissions nous purifier et accroître notre savoir.

Rashad Khalifa : imposteur Rashad%20Khalifa%20imposteur-1

Rashad Khalifa a été l’un des pionniers qui a compris que l’Islam est basé exclusivement sur le Coran et non sur les hadiths. En dépit d’un certain nombre de contributions positives, il a malheureusement finalement succombé pendant les dernières années de sa vie à un péché d’orgueil et a trahi le message du Coran en prétendant être le messager de l’alliance. Il a par exemple notamment proclamé qu’il était destiné à purifier le Coran de deux faux versets (9:128-129) et a prédit la date de la fin du monde pour 2280. Nous allons expliquer pourquoi il a avait très nettement tort, par exemple sur ces deux derniers points, et comment il a manipulé le Coran pour tenter de parvenir à ses fins. Le but de cet article est de montrer pourquoi Rashad était un faux messager, et de protéger tous les croyants sincères qui savent que l’Islam consiste à suivre le Coran exclusivement, et pourraient se laisser séduire par un bilan mitigé qui mêle le vrai au faux.

1. Le miracle de 19 selon Rashad Khalifa

L’une des principales raisons pour laquelle Rashad a prétendu être un messager est qu’il a déclaré avoir été envoyé pour mettre au jour le miracle coranique de 19, sensé protéger mathématiquement le Coran de toute altération.

19 est selon lui le symbole de l’absolue unicité de Dieu dans le Coran et l’univers en général car 19 est la valeur mathématique du mot « wahîd » (واحد : Un, unique) en langue arabe:

واحد  = W = 6 ; A = 1; H = 8; D = 4; ainsi 6 + 1 + 8 + 4 = 19.

Nous allons suivre un cheminement logique qui va progressivement mettre en lumière pourquoi Rashad Khalifa a systématiquement manipulé les données pour tenter d’asseoir sa théorie basée sur le nombre 19.

Le mot « preuve » comporte une exception orthographique en 35:40

Le mot « preuve » apparait 19 fois dans le Coran :

2:211 (1); 6:57 (1); 6:157 (1); 7:73 (1); 7:85 (1); 7:105 (1); 8:42 (2); 11:17 (1); 11:28 (1); 11:53 (1); 11:63 (1); 11:88 (1); 20:133 (1); 29:35 (1); 35:40 (1); 47:14 (1); 98:1 (1); 98:4 (1) = 19 mots « preuve ».

En 35:40, il est écrit بينت  au lieu de ينة  [« Ta » (ت) à la fin du mot au lieu de « Ta Marbuta » (ة)]. Rashad a eu raison d’inclure l’exception orthographique dans le décompte ; par exemple, le pluriel du mot « jours » apparait symboliquement 30 fois (symbolisant la durée moyenne d’un mois) en tenant compte d’une autre exception orthographique (ايىم, avec un double « Ya », au lieu de ايام, avec un « alif » en 14:5). Cet exemple va nous permettre de mettre en lumière la manipulation suivante :

Fréquence des 4 mots du Bismillah : Le mot « nom » a une fréquence de 22 et non de 19

Rashad a manipulé le Coran en supprimant les versets 9:128-129, qu’il considère comme des faux versets, et a prétendu, comme le résume le tableau suivant, que chacun des 4 mots du « Bismillah » a une fréquence multiple de 19 dans le Coran :


Rashad Khalifa : imposteur S30%2028-32%20(404x291)%20(2)-1

Les résultats ci-dessus semblent extrêmement impressionnants et même « miraculeux » ; nous allons voir qu’en réalité, il s’agit d’un château de carte sans fondation et destiné à s’écrouler :

Fréquence du mot « Ism » (nom) :

1:1 (1), 5:4 (1), 6:118 (1), 6:119 (1), 6:121 (1), 6:138 (1), 11:41 (1), 22:28 (1), 22:34 (1), 22:36, (1), 22:40 (1), 27:30 (1), 49:11 (1), 55:78 (1), 56:74 (1), 56:96 (1), 69:52 (1), 73:8 (1), 76:25 (1), 87:1 (1), 87:15 (1), 96:1 (1) = 22 mots « ism » (nom).

Nous voyons clairement que Rashad a volontairement écarté du décompte les versets 1:1, 11:41 et 27:30 où le mot « nom » s’écrit exceptionnellement sans « alif » (بسم), alors qu’il est écrit partout ailleurs avec « alif » (باسم). En dehors même de la controverse des versets 9:128-129, la fréquence du mot « Ism » (nom) est donc de 22 et non 19. Bien sûr, nous avons vu que Rashad n’a pas écarté du décompte du mot « preuve » l’orthographe particulier « بينت » (avec un « Ta » à la fin au lieu d’un Ta marbuta) en 35:40 car cela l’arrangeait tellement que la fréquence du mot soit exactement de 19. En d’autres termes, quand ça l’arrange Rashad compte les formes inhabituelles, mais quand ça ne l’arrange pas, il les omet. On appelle cela de la manipulation, et Rashad aurait du choisir une méthode systématique et scientifique au lieu de sauter du coq à l’âne pour essayer d’imposer une théorie apparemment scientifique, mais en réalité basée sur de la conjecture.

La raison pour laquelle il faut inclure les orthographes inhabituelles dans le Coran est parfaitement prouvée par le fait que le singulier du mot « jour » apparait 365 fois (symbolisant une année solaire), que le pluriel « jours » apparait 30 fois (symbolisant un mois solaire), de même que le mot « mois » apparait 12 fois (également symbolisant une année). Si l’on décidait d’écarter les orthographes inhabituelles, nous ne pourrions être témoins de la symétrie coranique fondamentale année solaire/mois solaire observée ci-dessus entre les mots « jour » (365) et « jours » (30), alors qu’il va de soi qu’il s’agit bien d’un des authentiques miracles mathématiques du Coran.

Le fait que la fréquence totale du mot « nom » soit de 22 et non pas de 19 implique que la fréquence totale des 4 mots du « Bismillah », en incluant les versets 9:128-129, est la suivante :

- 22 mots « Nom », non multiple de 19.

- 2699 mots « Dieu », non multiple de 19.

- 57 mots « Clément », multiple de 19.

- 114 mots « Miséricordieux » désignant Dieu (19x6), et un désignant Muhammad en 9:128.

Il est bien évident par ailleurs que le fait que Rashad prétende que la fréquence combinée des 4 mots du « Bismillah » soit de 2888 (19x19x8, voir tableau ci-dessus) s’écroule également dans ces conditions du seul fait que le mot « nom » a une fréquence de 22 et non de 19, que l’on tienne compte ou non de la controverse liée à 9:128-129 (où le mot « nom » n’apparaît pas). De plus, étant donné que la valeur mathématique du mot « Wahîd » (Un, Unique) est de 19, et que la fréquence du mot « nom » est de 22 dans le Coran, la théorie apparemment stupéfiante selon laquelle la fréquence des 4 mots du Bismillah correspond précisément aux 4 valeurs mathématiques des 4 seuls attributs divins multiples de 19 (voir tableau ci-dessus) tombe également à l’eau.

Que reste-t-il de la théorie de Rashad au sujet des 4 mots du Bismillah ? Pas grand-chose, si ce n’est qu’il a dû manipuler le Coran en écartant 9:128-129 pour essayer de faire passer en force sa théorie, de même qu’il a choisi de compter le mot « nom » comme ça l’arrangeait et sans rien expliquer, en fermant les yeux sur sa fréquence réelle car cela remettait en cause sa théorie.

2. 9:128-129 : Mohammed est-il « rahîm » (miséricordieux) ?

Le principal argument de Rashad pour rejeter 9:128-129 a été de déclarer qu’il était blasphématoire que Mohammed soit qualifié de « rahîm » en 9:128, car les attributs divins du Bismillah (Dieu, Clément, Miséricordieux) se rapportent systématiquement et exclusivement à Dieu dans l’intégralité du Coran. Il écrit dans l’annexe 24 :

[9] Un mot important qui apparaît dans les faux versets 9:128-129 est le mot « rahîm » (miséricordieux). Ce mot est exclusivement employé dans le Coran en tant qu’attribut divin, et sa fréquence totale est de 114, 19x6, après avoir éliminé le mot « rahîm » en 9:128, lequel réfère au prophète. D’après 7:188, 10:49 et 72:21, le prophète ne possédait aucune faculté de miséricorde.

Remarque: J’ai personnellement mis en caractère gras la phrase ci-dessus.

Il est parfaitement exact que Mohammed est qualifié de « rahîm » ​​(miséricordieux) en 9:128 ; alors, est-ce une déformation d’origine satanique comme l’a affirmé Rashad, ou une simple vérité coranique ? Il convient tout d’abord de préciser que le saint prophète n'est pas appelé « Al Raheem » (« Le Miséricordieux »), attribut divin qui réfère exclusivement à Dieu dans l’intégralité du coran, mais simplement qu’il est qualifié de « rahîm » (miséricordieux, sans l’article « al »).

Le point véritablement catastrophique dans l’analyse de Rashad Khalifa est le fait que le pluriel de « rahîm » (« rouhama'ou » = رُحَمَاءُ) apparaît en 48:29 et, comme en 9:128, le mot réfère à des êtres humains!

مُّحَمَّدٌ رَّسُولُ اللَّهِ وَالَّذِينَ مَعَهُ أَشِدَّاءُ عَلَى الْكُفَّارِ رُحَمَاءُ بَيْنَهُمْ تَرَاهُمْ رُكَّعًا سُجَّدًا يَبْتَغُونَ فَضْلًا مِّنَ اللَّهِ وَرِضْوَانًا سِيمَاهُمْ فِي وُجُوهِهِم مِّنْ أَثَرِ السُّجُودِ ذَٰلِكَ مَثَلُهُمْ فِي التَّوْرَاةِ وَمَثَلُهُمْ فِي الْإِنجِيلِ كَزَرْعٍ أَخْرَجَ شَطْأَهُ فَآزَرَهُ فَاسْتَغْلَظَ فَاسْتَوَىٰ عَلَىٰ سُوقِهِ يُعْجِبُ الزُّرَّاعَ لِيَغِيظَ بِهِمُ الْكُفَّارَ وَعَدَ اللَّهُ الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ مِنْهُم مَّغْفِرَةً وَأَجْرًا عَظِيمًا

(48:29) Mohammed est le messager de Dieu, et ceux qui sont à ses cotés sont féroces à l’encontre des mécréants, et miséricordieux (رُحَمَاءُ = « Rouhama’ou »,  pluriel de « Rahîm ») entre eux. Vous les voyez se courber et se prosterner en recherchant les faveurs de Dieu et [Son] agreement. Leurs visages portent les traces laissées par la prosternation (lors de la salât). Tel est leur exemple dans la torah, et leur exemple dans l’évangile. [Ils sont] comme une graine qui germe, se raffermit, puis s’épaissit et s’érige fermement sur sa tige ; [un tel spectacle] ravit [ainsi] les fermiers, alors qu’il enrage par leur exemple les mécréants. Dieu a promit à ceux qui ont la foi et pratiquent le bien que la miséricorde règnera entre eux, ainsi qu’une récompense sublime.

Ai-je besoin de vous dire que j'étais en état de choc, totalement anéanti, et que je me suis senti misérablement trahi et manipulé par Rashad Khalifa quand j'ai finalement réalisé que, en réalité, le mot « rahîm » ​​(miséricordieux) s'applique également aux êtres humains dans le coran ?! Honnêtement, j'ai pleuré. J’avais tellement peur d'aller en enfer parce que, dans mon ignorance et sous son emprise, j'avais rejeté 9:128-129. Pendant des années, j'ai aveuglément cru Rashad Khalifa que le mot « rahîm » ​​s'applique exclusivement à Dieu dans le coran, et cela semblait tellement justifié. En réalité, c'était juste un horrible mensonge pour tenter de justifier coûte que coûte que 9:128-129 étaient des faux versets.

Ouvrez grand les yeux et jugez par vous-même:

Rashad Khalifa : imposteur Raheem%20Lane

Ci-dessus: Un extrait de la racine R-H-M dans le dictionnaire classique arabe/anglais d’Edward Lane, édition 1863, considéré à ce jour comme le meilleur dictionnaire arabe au monde. Souligné ci-dessus en rouge, nous lisons: « le pl. (pluriel) deرَّحِيم  (rahîm)  est رُحَمَاءُ  (rouhamâ’ou) » (the pl. ofرَّحِيم  isرُحَمَاءُ ). Ceci prouve que le pluriel de « rahîm » ​​(rouhamâ'ou = miséricordieux) en 48:29 s'applique bien à des êtres humains dans le coran et non pas seulement à Dieu comme Rashad l’a faussement affirmé. Dans le verset, le pluriel de « rahîm » ​​réfère au fait que les croyants qui soutiennent le prophète « sont miséricordieux entre eux ». Vérifiez dans n'importe quel dictionnaire arabe et vous constaterez la même chose que ci-dessus.

Rashad Khalifa, profession: Menteur

Rashad a traduit le mot « rouhamâ'ou » en 48:29 par « compassionate » dans sa traduction, pour tenter de dissimuler le fait qu’il s’agit du pluriel de « rahîm » ​​(miséricordieux), alors que, pour être cohérent, il aurait dû l'avoir traduit par « miséricordieux » puisque c'est le mot qu'il a choisi lorsqu'il a traduit 9:128. La langue natale de Rashad Khalifa était l’arabe puisqu’il est né en Egypte et il a traduit le coran pendant des années et le connaissait même par cœur; c’était la dernière personne à ne pas connaitre le pluriel de « rahîm » (miséricordieux): Il a volontairement menti, parce qu'il voulait faire passer en force sa théorie sur le nombre 19, et il lui fallait impérativement trouver un semblant de raison valable pour rejeter les versets 9:128-129.

Il est un fait qu'il n'y a pas un seul mot dans les versets 9:128-129 qui contredise la langue coranique. Si des forces maléfiques avaient ajouté deux faux versets comme il l’a prétendu, elles auraient à coup sûr inséré des mots ou des idées qui auraient contredits l’esprit du coran dans le but d’égarer les gens du droit chemin.



Cela vaut-il la peine de perdre votre âme en contribuant à l’horrible mensonge que 9:128-129 ne font pas partie du Coran en échange de la reconnaissance des membres du petit culte fondé par Rashad Khalifa, lequel ne pourra jamais accomplir la victoire de l'Islam prophétisée dans le Coran parce que c'est une forme impure de l’islam? C’est à vous de prendre la décision qui s’impose.


3. Le mot messager

Dans l’annexe 24, Rashad Khalifa a dit :

[8] L’index des mots du Coran dénombre 116 mots « rasoul » (messager). L’un de ces mots figure en 9:128. En excluant 9:128, il reste 115 mots « rasoul ».  Un autre de ces mots qui doit être exclu du compte se trouve en 12:50, puisqu’il réfère au « messager de pharaon », et non au messager de Dieu. Ainsi, la fréquence totale de « rasoul » est de 114, 19x6.

En réalité, la forme simple singulière du mot rasoul apparait 141 fois dans le Coran (!), y compris 9:128, et certainement pas 116 fois comme le prétend Rashad Khalifa. Il est difficile à croire que Rashad Khalifa ait pu être si loin du décompte correct. Nous verrons d’autres manipulations de ce type destinées à faire croire que l’ensemble du Coran est protégé par nombre 19.

4. Le mot « qoul » (dis !)

Dans l’annexe 24, Rashad Khalifa écrit :

[11] Le commandement coranique « qoul » (dis !) apparait 332 fois. De surcroit, le mot « qalou » (ils disent) apparait le même nombre de fois, à savoir 332. Puisque le faux verset 9:129 contient le mot « qoul » (dis !), l’inclure aurait détruit ce phénomène coranique caractéristique.

La symétrie de certains mots clés est partie intégrante du grand miracle mathématique du Coran.

En fait, quiconque peut vérifier les versions Hafs du Coran en circulation de par le monde (la version la plus fiable et de loin la plus répandue) : Il ressort qu’il y a 332 « qoul » (dis !) et 332 « qalou » (ils disent) en incluant 9:128-129. J’ai personnellement vérifié le compte extrêmement précisément et Rashad a « oublié » de divulguer le tour de passe-passe auquel il s’est livré, à savoir qu’il a choisi de modifier la vocalisation de « qala » (il a dit) en 21:112 en « qoul » dans sa version Hafs, pour restaurer artificiellement la symétrie coranique qu’il avait cassée en excluant 9:128-129 du Coran !  

Il y a 4 « qala » (« il a dit », normalement écrit « qaala » = قال) dans la version Hafs qui sont écris d’une manière inhabituelle sans la lettre « A » (قَلَ) : 21:112, 23:112, 23:114 et 43:24.

Certaines versions autres que Hafs vocalisent les quatre mots ci-dessus « qoul » (dis !)  au lieu de « qala » en Hafs, ce qui fait bien sûr disparaitre la symétrie. Pourquoi Rashad Khalifa a-t-il choisi de ne changer qu’une seule des vocalisations (en 21:112) alors qu’il aurait dû changer les quatre en suivant la même logique (en 21:112, 23:112, 23:114 et 43:24) ?

La seule raison est qu’il avait besoin de rééquilibrer le compte « dis !/ils disent » (332 chacun) car il avait brisé la symétrie en supprimant les versets 9:128-129 de sa version Hafs !

Le pire est qu’il prétend nous faire la leçon en prétendant que 9:128-129 brise la symétrie en présentant cela comme une preuve qu’ils ne font pas partie du Coran, alors que c’est lui-même qui la brise en excluant 9:128-129 ! Quelle manipulation choquante !

5. Le Bismillah manquant.

Rashad Khalifa a égaré beaucoup de gens avec sa théorie selon laquelle le fait que la sourate 9 ne démarre pas avec un « Bismillah » était un signe divin que la sourate 9 allait être manipulée, à savoir que 2 faux versets allaient être ajoutés. Il a très pertinemment noté que, selon des sources historiques, il était parfaitement illogique que 9:128-129 aient été révélés à la Mecque, alors que le reste de la sourate avait été révélé à Médine, ce qui constituerait une exception dans tout le Coran.  En fait, les sources historiques en question ne sont que des « hadiths » non fiables, et il n’y a aucune raison objective de croire que 9:128-129 aient été révélés en un endroit différent, à moins de contredire le Coran et d’accorder du crédit à des hadiths ou traditions écrites des siècles après la mort du prophète. De plus, toute personne qui lira cet article attentivement se rendra compte que Rashad a complètement échoué d’apporter la moindre preuve qui puisse corroborer sa théorie des faux versets, si ce n’est un amoncèlement désordonné de conjecture et de numérologie sans fondement, mais jamais de faits substantiels ou irréfutables.

La vraie raison pour laquelle il n’y a pas de Bismillah au début de la sourate 9 est simplement liée à mon sens au contexte du début de la sourate, à savoir que Dieu a voulu envoyer un « ultimatum » et un « désaveu » (9:1) extrêmement fort à l’encontre des adversaires du prophète au moment même où ces derniers avaient perdu la guerre de façon définitive suite à la prise de La Mecque par les musulmans.

Dieu a proclamé qu’Il protégerait le Coran de toute altération (15:9). Il l’a protégé en s’assurant qu’aucun verset ne serait ajouté ou soustrait, de même que par une multitude de moyens tels que des propriétés mathématiques, comme c’est le cas pour le sous-groupe coranique qui contient les 365 singuliers du mot « jour ».

Rashad a détourné le sens de 74:30 (« alayha tis’ata ‘ashara », qu’il a traduit par « Over it is 19 »), en déclarant que 19 est le « dénominateur commun » qui protège le Coran dans son intégralité. Ce n’est pas vrai si l’on s’en tient au contexte de la sourate 74, car le mot « Coran » est masculin en arabe, et le pronom « ha » en « alayha » est féminin, et réfère en premier lieu au mot féminin « le feu » en 74:31 (النار, c'est-à-dire le feu de l’enfer), qui précise qu’il y aura 19 anges chargés de garder « le feu » (de l’enfer). C’est pourquoi la traduction de 74:30 de Rashad Khalifa est tendancieuse et qu’il est bien plus correcte de traduire par « 19 sont chargés d’y veiller » en établissant une relation directe avec le contexte explicite de 74:31.

6. Manipulation des versets au sujet du « messager de l’alliance » (3:81, 33:7)

Comprendre l’alliance des prophètes :


وَإِذْ أَخَذَ اللَّهُ مِيثَاقَ النَّبِيِّينَ لَمَا آتَيْتُكُم مِّن كِتَابٍ وَحِكْمَةٍ ثُمَّ جَاءَكُمْ رَسُولٌ مُّصَدِّقٌ لِّمَا مَعَكُمْ لَتُؤْمِنُنَّ بِهِ وَلَتَنصُرُنَّهُ قَالَ أَأَقْرَرْتُمْ وَأَخَذْتُمْ عَلَىٰ ذَٰلِكُمْ إِصْرِي قَالُوا أَقْرَرْنَا قَالَ فَاشْهَدُوا وَأَنَا مَعَكُم مِّنَ الشَّاهِدِينَ


(3:81) Et Quand Dieu a scellé l’alliance des prophètes [Il a dit] : « Voici ce que Je vous ai confié du livre et de la sagesse. Par la suite, un messager vous parviendra, confirmant ce qui était en votre possession : Vous devez croire en lui et lui apporter votre soutien. » Il s’écria : « Acceptez-vous de recevoir la lourde responsabilité dont Je vous investis ? » Ils répondirent : « Nous acceptons. » Il reprit : « Alors prêtez serment ! Et Je suis témoin parmi vous ! »


وَإِذْ أَخَذْنَا مِنَ النَّبِيِّينَ مِيثَاقَهُمْ وَمِنكَ وَمِن نُّوحٍ وَإِبْرَاهِيمَ

وَمُوسَىٰ وَعِيسَى ابْنِ مَرْيَمَ وَأَخَذْنَا مِنْهُم مِّيثَاقًا غَلِيظًا


(33:7) Et quand Nous avons scellé l’alliance avec les prophètes, et avec toi (Ô Mohammed), Noé, Abraham, Moise et Jésus, fils de Marie, Nous avons scellé avec eux une alliance lourde de responsabilité.

3:81 procure la définition du terme « prophète », c'est-à-dire quelqu’un qui reçoit « le livre et la sagesse », à savoir qu’un prophète reçoit une nouvelle écriture sainte ou révélation. Un envoyé de Dieu peut ainsi être soit un prophète-messager, soit un simple messager s’il est élu pour délivrer un simple « message », c'est-à-dire des informations spécifiques, et non une nouvelle écriture sainte. En d’autres termes, un prophète est toujours un messager d’après le Coran, alors qu’un messager n’est pas nécessairement un prophète, ce qui est l’exact contraire de l’interprétation traditionnelle sunnite ou shiite. Je suis à ce sujet d’accord avec la définition des deux termes donnée par Rashad Khalifa.

Le message de l’alliance des prophètes est qu’ils forment une famille, et qu’ils s’assistent les uns les autres, au propre comme au figuré, pas simplement avec des mots ou un serment comme ils l’ont fait avant que l’humanité ne soit envoyée sur terre, mais surtout grâce à leur prédication pendant leur apostolat, appuyée par les livres et les prophéties qu’ils transmettent. Deux prophètes ou messagers s’assisteront mutuellement s’ils sont envoyés en même temps, comme Moise et Aaron, David et Salomon ou Jean et Jésus, et ils reconnaitront et annonceront également des messagers passés ou futurs si Dieu veut que cela fasse partie de leur mission.  

- l’une des clés pour comprendre 3:81 est de comprendre le passage suivant: « Ensuite, un messager vous parviendra, confirmant ce qui était en votre possession » ; Le Coran nous éclaire sur la façon dont le participe « musaddiqun » (مصدق  = confirmant) est employé dans le reste du Coran, ce qui est toujours de meilleur moyen de comprendre un mot ou une expression :

« Musaddiqun » est employé trois fois en dehors de 3:81 :

1. 2:89 : Le Coran est ce qui « confirme » :

(2:89) Et quand un livre révélé par Dieu leur est parvenu, confirmant ce qui était en leur possession, et [quand bien même] ils imploraient la victoire contre les incrédules, lorsque ce qu’ils attendaient leur parvint, ils le rejetèrent. La malédiction de Dieu afflige ainsi les incrédules.

Il est évident que c’est le livre révélé à Mohammed, le Coran, qui confirme ce que les gens du livre avaient reçu.

2. 2:99 : Mohammed est le « messager » qui « confirme » :

(2:99) En vérité, nous t’avons révélé des versets explicites, et personne ne les rejettent si ce n’est les transgresseurs. (2:100) N’est-il pas vrai que chaque fois qu’ils prêtent serment, une partie de ceux à qui le livre fut transmis ne tiennent pas parole ? Il est de fait que la plupart d’entre eux ne croient pas. (2 :101) Et lorsqu’un messager de Dieu leur est parvenu, confirmant ce qui était en leur possession, une partie de ceux à qui le livre fut transmit tournèrent le dos au livre de Dieu comme s’ils n’en avaient point connaissance.

C’est ici le messager de Dieu, Mohammed, qui confirme la prophétie biblique.

Comparons avec la traduction de Rashad Khalifa :

(2:101) Now that a messenger from GOD has come to them, and even though he proves and confirms their own scripture, some followers of the scripture (Jews, Christians, and Muslims) disregard GOD's scripture behind their backs, as if they never had any scripture.

Rashad Khalifa a détourné le sens de l’expression « فريق من الذين اوتوا الكتب » (une partie de ceux à qui le livre fut transmit) en prétendant entre parenthèses que cela se réfère aux « juifs, chrétiens et Musulmans », alors que le contexte du verset désigne de toute évidence ceux que le Coran appelle systématiquement « les gens du livre », c'est-à-dire les juifs, chrétiens et sabéens. Les musulmans ne sont strictement jamais appelés « gens du livre » dans le Coran ; de même, « une partie de ceux à qui le livre fut transmit » désigne exclusivement ceux qui ont reçu les révélations pré-coraniques. J’invite le lecteur à vérifier comme je l’ai fait l’expression « الذين اوتوا الكتب » (ceux à qui le livre fut transmis) dans l’ensemble du Coran pour confirmation. Ce que Rashad tente d’insinuer dans sa traduction est que 2:101 réfère à lui, le messager qui a « confirmé » le Coran avec le miracle de 19 (comme il le prétend avec 3:81), et non pas Mohammed, en ignorant complètement le contexte évident du verset 2:99. Mais soyons patients, la supercherie sera bientôt encore plus flagrante.

3. 6:92 : Le Coran est à nouveau ce qui « confirme » :

(6:92) Et voici un livre bénit que nous avons révélé [le Coran], qui confirme ce qui a été révélé entre ses mains (6:91 nous indique qu’il s’agit « des mains » de Moïse), afin que tu [Ô Mohammed !] puisses avertir la mère des cités (La Mecque), et quiconque se trouve à l’entour ; ceux qui ont foi en l’au delà y croiront (en ce Coran bénit), et pratiqueront leurs prières rituelles avec assiduité.

A nouveau, le livre bénit qui « confirme » la Torah révélée à Moïse est de toute évidence  le Coran.

Ainsi, les autres emplois de « mousaddiqoun » (confirmant) dans le Coran se rapportent soit au Coran (2:89, 6:92) soit à Mohammed (2:101), ce qui nous permet de mieux comprendre la signification de « mousaddiqoun » en 3:81, à savoir que le « messager » le plus marquant qui « confirme ce qui était en votre possession » est en premier lieu, même si pas seulement, Mohammed, puisque le Coran est le sceau de la révélation qui résume les écritures et messages révélés au genre humain. En effet, tous les messagers de Dieu forment une famille et la mission de chacun d’eux est de « confirmer » le message reçu par ses prédécesseurs. Il n’y a pas un seul messager de l’alliance, comme Rashad Khalifa a cherché à le faire croire, mais une multitude, comme nous allons le confirmer plus en détail.

Rashad Khalifa a réussi à convaincre beaucoup de gens qu’il était le seul et unique « messager de l’alliance » notamment en manipulant le sens de 33:7 en déclarant que puisque 33:7 réfère à l’alliance des prophètes en 3:81, le messager de l’alliance devait être un messager après Mohammed. Lisons sa traduction de 33:7 :

(33:7) Recall that we took from the prophets their covenant, including you (O Muhammad), Noah, Abraham, Moses, and Jesus the son of Mary. We took from them a solemn pledge.**

Ce que nous pouvons traduire :

Rappelez-vous que lorsque nous avons obtenu des prophètes leur alliance/serment, de même que de toi, Noé, Abraham, Moise et Jésus, fils de Marie. Nous avons obtenu de leur part un serment solennel. **

Sa note de bas de page peut être traduite de la façon suivante :

« Le serment/L’alliance est détaillé en 3:81. Dieu a reçu le serment de la part des prophètes qu’ils devaient supporter Son messager de l’alliance qui allait se manifester après Mohammed pour purifier et unifier leurs messages. L’alliance a été scellée avant la création terrestre, et s’est accomplie à La Mecque le 3 de Zul-Hijja 1391 (21 décembre 1971). La somme du mois islamique (12), plus du jour (3), et de l’année (1391), nous donne 1406, 19x74. Des preuves écrasantes qui identifient Rashad Khalifa comme étant le messager de l’alliance sont procurées tout au long du Coran (annexes 2 & 26). »

Comparons maintenant avec l’original du Coran et une traduction plus littérale, dont nous allons établir le contexte avec le verset précédent :


وَإِذْ أَخَذْنَا مِنَ النَّبِيِّينَ مِيثَاقَهُمْ وَمِنكَ وَمِن نُّوحٍ وَإِبْرَاهِيمَ

وَمُوسَىٰ وَعِيسَى ابْنِ مَرْيَمَ وَأَخَذْنَا مِنْهُم مِّيثَاقًا غَلِيظًا


(33:7) Et quand Nous avons scellé l’alliance avec les prophètes, et avec toi (Ô Mohammed), Noé, Abraham, Moise et Jésus, fils de Marie. Nous avons scellé avec eux une alliance lourde de responsabilité.

Rashad Khalifa  traduit « waminka » (وَمِنكَ) en 33:7 par « including you  (O Mohammed) » (y compris toi, Ô Mohammed), parce qu’il a voulu insister sur le fait que si Mohammed était en compagnie de tous les autres messagers qui ont acceptés que « par la suite, un messager vous parviendra, confirmant ce qui était en votre possession » (3:81), alors lui seul, Rashad Khalifa, pouvait prétendre au titre de messager de l’alliance.

« Waminka » veut littéralement dire « et avec toi » (وَمِنكَ), et le verset montre en réalité tout simplement que tous les prophètes, ainsi que les messagers qui leur ont succédé, ont scellé l’alliance en tant que famille et se sont assistés les uns les autres et ont ainsi « confirmé » le message - notamment Mohammed avec le Coran comme l’avons vu plus haut - et représentent donc tous l’accomplissement de la prophétie décrite en 3:81, et non pas seulement un hypothétique et unique « messager de l’alliance » comme l’a insinué Rashad par pur égocentrisme. D’ailleurs, 33:7 mentionne les cinq messagers les plus marquants historiquement quant au fait de « confirmer » le message, à savoir Noé, Abraham, Moise, Jésus et Mohammed : Noé symbolise un nouveau départ pour l’humanité après le déluge, et les quatre autres ont transmis des livres révélés cruciaux qui ont tous confirmés les révélations antérieures.

Manipulation du sens de 3:78 :

(3:78) En vérité, il y a une partie d’entre eux qui manipulent leurs langues [à fin de mensonges] au sujet du livre, pour que vous croyiez que cela fait partie du livre, alors que cela ne fait pas partie du livre, et ils disent : « Cela provient de Dieu ! », mais cela ne provient pas de Dieu ; Ils disent des mensonges au sujet de Dieu, et ils savent [pertinemment].

Dans l’annexe 24, qui allègue que 9:128-129 sont des faux versets, Rashad Khalifa prétend que 3:78 réfère au fait que le Coran allait être altéré, et que c’est n’est pas un hasard si le verset est situé peu avant 3:81 qui annonce le messager de l’alliance, lequel allait purifier le Coran:

[69] In verse 3:78, just 3 verses before proclaiming God's Messenger of the Covenant, the word "God" number 361 (19x19) occurs. This verse (3:78) informs us that some falsifiers will "add falsehood to the Quran, then claim that it is part of the Quran; they attribute lies to God, knowingly." (Appendix 24 of the Quran translation by Rashad Khalifa).

Traduction:

[69] Dans le verset 3:78, juste 3 versets avant la proclamation du messager de l’alliance, le mot « Dieu » apparait pour la 361ème fois (19x19). Ce verset (3:78) nous informe que des falsificateurs allaient « ajouter des mensonges au Coran, et puis prétendre que cela faisait partie du Coran ; Ils attribuent des mensonges à Dieu, pertinemment. »

Rashad Khalifa utilise ci-dessus des guillemets, comme s’il citait le Coran ; mais en fait ce qu’il écrit est très différent du contenu réel de 3:78, et il se prête à une manipulation aussi évidente qu’honteuse : le mot « Coran » ne figure en effet point dans le verset, et c’est au contraire le mot « livre » qui est employé, faisant référence à la Bible, et non pas au Coran !

3:78 indique qu’« il y a une partie d’entre eux qui manipulent leurs langues [à fin de mensonges] au sujet du livre » : Il suffit d’étudier le contexte du verset pour comprendre à qui « une partie d’entre eux » réfère, et c’est le verset 3:75 qui apporte la réponse :

(3:75) Et parmi les gens du livre, il est celui à qui vous pouvez confier un quintal d’or et il vous le rendra ; mais parmi eux, il y a celui à qui même si vous lui confiez un seul dinar, il ne vous le rendra pas, à moins que vous n’exerciez de la pression sur lui par votre présence. C’est parce qu’ils ont dit : « Nous ne sommes pas tenu d’être honnêtes avec les païens. » ; Ils disent des mensonges au sujet de Dieu, et ils savent [pertinemment].

Le fait qu’« une partie d’entre eux manipulent leurs langues [à fin de mensonges] au sujet du livre » en 3:78 réfère donc indubitablement à la Bible et aux « gens du livres » (et non au Coran et aux musulmans comme Rashad a essayé de le faire croire !), expression qui réfèrent systématiquement aux chrétiens sabéens ou aux juifs dans le Coran : J’invite quiconque à vérifier l’emploi l’ expression « gens du livre » (اهل الكتب) dans l’ensemble du Coran comme je l’ai fait, c’est vraiment plus qu’évident. Rashad Khalifa a donc manipulé le sens de 3:78 et 3:81, aveuglé par sa volonté de prouver à tout prix – et au mépris du contexte coranique - qu’il était messager de Dieu.

7. Rashad Khalifa, messager par une opération du saint 19

7.1 Rashad a eu recours à de la numérologie illogique et sans fondement pour « prouver » qu’il était messager.

Rashad Khalifa a inventé un certain nombre de techniques destinées à générer de façon arbitraires des multiples de 19, et de préférence impliquant son nom, dans le but de flatter sa personne en « prouvant » qu’il était un messager de Dieu dont le nom était codé de façon subtile dans le Coran avec le soit disant miracle avec lequel il avait été envoyé.

Exemples :

Dans l’annexe 2 de sa traduction, il précise que la racine « rashada » apparait 19 fois dans le Coran, ce qui est vrai, ce qui implique le décompte de noms, adjectifs et verbes. Il indique alors que le nom « khalifa » (au singulier) apparait deux fois en 2:30 et 38:26, et que en ajoutant tous les numéros de sourates et versets où la racine « rashada » (noms + adjectifs + verbes) et le nom « khalifa » apparaissent, nous obtenons un total de 1463 = 19x77.

C’est de toute évidence de la numérologie sans fondement car il sélectionne d’un coté la racine « rashada », qui implique des noms, adjectifs et verbes, et de l’autre il choisit arbitrairement de ne sélectionner que le nom « Khalifa » (alors que la racine Khalifa apparait 127 fois dans le Coran !), pour la seule raison que cela lui permet d’obtenir un multiple de 19. S’il avait sélectionné dans les deux cas uniquement le décompte des racines, ou uniquement le décompte des noms, et obtenu des multiples de 19, cela n’aurait pas forcement voulu dire grand-chose non plus, mais au moins, cela aurait eu le mérite d’être basé sur la même méthode de calcul. Si Rashad avait pu obtenir un multiple de 19 avec une technique plus logique que celle totalement illogique que nous venons de voir, vous pouvez être sûr qu’il ne se serait pas privé de l’inclure dans l’annexe 2, mais malheureusement il n’a pu y parvenir malgré tous ses échecs en employant d’autre méthodes de calcul (et qu’il a bien sûr passées sous silence) ; il a dû alors se contenter du calcul « bâtard » (et vraiment risible) ci-dessus pour se persuader que son nom et prénom étaient « miraculeusement » codés dans le Coran par une opération du saint 19, aveuglé par un égo démesuré, et plaçant au rang d’idole le nombre 19 qui l’intronisait dans son esprit, lui, Rashad Khalifa, en tant que messager de Dieu, alors que tout ceci ne repose bien sûr que sur du vent.

Il serait trop long et une pure perte de temps de commenter toutes les soit disant « preuves » que Rashad a citées dans l’annexe 2 ; nous nous contenterons de ne citer que quelques exemples supplémentaires qui illustrent la manipulation honteuse à laquelle il s’est livré :

- Dans le fait nº 10, il dit que si l’on ajoute tous les numéros de sourates ou la racine « rashada » apparait, au nombre de versets totaux de chacune de ces sourates (et non pas les numéros de versets spécifiques ou apparait « rashada » !), nous obtenons un total de 224 + 1144 = 1368 = 19x72.

Il est bien évident que le calcul le plus logique aurait été d’additionner les numéros de sourates aux numéros de versets spécifiques où apparait la racine « rashada ». Vous pouvez être sûrs que Rashad (qui avait tout de même un doctorat en Biochimie) a d’abord effectué ce calcul avant celui vraiment illogique ci-dessus ; vous pouvez également être sûrs qu’il l’aurait inclus dans l’annexe 2 s’il avait obtenu un multiple de 19. Le problème est que cela n’étant pas le cas, il fallait donc trouver d’autres solutions pour « prouver » qu’il était messager « par une opération du saint 19 ». Nous avons donc encore un exemple typique où Rashad choisi au hasard différentes méthodes de calcul, et ne retient un résultat que si ce dernier est multiple de 19 ; d’un autre coté il écarte (et en fait passe sous silence) des méthodes de calcul qui sont bien plus logiques, mais ne procurent pas ce qu’il voulait à tout prix : Un multiple de 19.

Comparons les allégations suivantes :

- Dans le fait nº 32, il prétend que le verset 5:19 réfère à lui, et dit que si l’on ajoute 5 + 19 + 1230 (la valeur mathématique de Rashad Khalifa), nous obtenons 1254 = 19 x 66.

- Il prétend également dans le fait nº 22 que le verset 36:3 réfère à lui, car si l’on ajoute 36 + 3 + la valeur mathématique de 36:3 (612) + la valeur mathématique de Rashad Khalifa (1230), nous obtenons 1881 = 19x99.

- Il est évident qu’il emploie deux méthodes différentes, qui accroissent par définition les chances d’obtenir des multiples de 19 par hasard, simplement parce que deux méthodes identiques ne procurent pas de multiple de 19.

D’un point de vue logique et scientifique, c’est absurde. Il ne vous dira jamais combien de méthodes de calcul différentes il a essayé derrière les coulisses avant de ne choisir que celles qui donnaient des multiples de 19 et « prouvaient » ainsi qu’il était messager de Dieu « par une opération du saint 19 ».

- Dans la note de bas de page du verset 6:157 de sa traduction, il prétend que le verset réfère à lui, parce si l’on ajoute le numéro de verset (157) + la valeur mathématique de Rashad Khalifa (1230), nous obtenons 1387 = 19 x 73.

Ce coup ci, le numéro de sourate est passé aux oubliettes dans le calcul, simplement parce qu’il n’a pas permis d’obtenir un multiple de 19. Cela aurait pu être n’importe quel verset numéro 157 dans le Coran, mais au diable la logique : La seule chose qui importe est de « prouver de façon irréfutable » et à tout prix que Rashad Khalifa est messager de Dieu par une « opération du saint 19 », le nombre auquel il vouait un culte qui n’avait d’égal que celui de sa propre personnalité.

- Il a utilisé la même technique avec le verset 3:81 (où il est question du messager de l’alliance) où il a ajouté le numéro de verset (81) + la valeur mathématique de Rashad Khalifa (1230) = 1311 = 19 x 69. Cela aurait pu être n’importe quel verset numéro 81 dans des dizaines de sourates. Qu’est ce que ces soit disant « faits » prouvent ? Absolument rien, si ce n’est le fait que n’importe quel pèlerin pourrait choisir au hasard des centaines de numéros de versets, de sourates, ou les deux en combinaison, ajouter ensuite la valeur mathématique de son propre nom, et obtenir ainsi facilement et artificiellement des centaines de multiples de 19 dénués de tout sens. Il suffirait ensuite de choisir certains versets dont on manipulerait le sens pour prétendre qu’un tel est messager de Dieu, et voilà, le tour est joué, « par une opération du saint 19 » !

- Dans la note de bas de page du verset 13:30, Rashad Khalifa a subitement retrouvé son esprit et décidé de ne plus écarté les numéros de sourate après tout : 13 + 30 + 1230 (valeur mathématique de Rashad Khalifa) = 1273 = 19 x 67.

Y a-t-il quelque raison subtile ou ésotérique de prendre en compte le numéro de sourate dans certains cas et de l’écarter dans d’autres ? Bien sûr que non, tout ceci est aussi solide que la fondation sur laquelle repose un château de cartes, lequel s’écroulent au moindre souffle de vent.

- Dans la note de bas de page de 9:33, il prétend que 9:33 et 61:9 référent à lui, et dit qu’en concaténant 505 (valeur mathématique de « Rashad ») à 725 (v.m. de « Khalifa »), et puis 9:33 et 61:9, nous obtenons 505725933619 = 19 x 26617154401.

Cette fois ci, Rashad n’y va pas de main morte dans l’innovation, et nous avons à nouveau une méthode de calcul, cette fois ci radicalement différente, dont vous pouvez être sûrs qu’elle n’a été obtenue qu’après un nombre d’échecs élevés en utilisant des techniques plus simples, puis de plus en plus improvisées, compliquées et ridicules pour tenter désespérément de générer des multiples de 19 « par une opération du saint 19 », tout en l’associant aux versets qu’il a mentionnés, et dont il fallait à tout prix qu’ils référent à lui. Le ridicule importe peu, puisque le plus important a été accompli : Un très précieux multiple de 19 a finalement été sorti de son chapeau, et tant pis s’il a fallu sortir beaucoup de chapeaux différents ce coup ci avant d’obtenir le résultat escompté.

- Et Rashad continue ce petit jeu là dans un certain nombre de notes de bas de pages de versets et d’annexes de sa traduction : Les méthodes sont toutes aussi variées et illogiques que risibles et le but est toujours le même : Flatter l’ego démesuré de monsieur Rashad Khalifa, docteur en biochimie, et messager de l’alliance « par une opération du saint 19 », alors que les versets placés dans leur contexte n’ont strictement jamais rien à voir avec lui.

C’est vraiment pathétique que quelqu’un comme Rashad Khalifa, pourtant docteur en biochimie, ait pu s’abaisser à un tel point en pratiquant une numérologie si dénuée de fondement. Quelle insulte à sa profession, et quelle insulte à la science !

- Nous avons montré que Rashad a fréquemment ajouté différents numéros de sourates ou versets (ou autres types d’arrangements plus compliqués) à la valeur mathématique de son prénom (505), nom de famille (725), ou de son nom et prénom (1230), au gré du vent et de ses inspirations aussi soudaines que variées, et à chaque fois que cela lui permettait d’obtenir de précieux multiples de 19 : C’est de l’idolâtrie, et de la manipulation du saint Coran, car le Coran est pleinement détaillé (7:52, 6:114, 10:37), et on ne peut donc ajouter quoi que ce soit qui ne soit déjà présent.

Rashad a de facto prétendu qu’il recevait une inspiration divine qui lui permettait d’identifier des secrets ésotériques enfouis dans le Coran liés à lui-même, ce qui lui donnait ainsi l’autorisation de jouer aux petits jeux de numérologie dont nous avons été témoins, alors qu’en réalité le seul but était de flatter son propre égo, ce qui a eu pour résultat de détourner nombre de croyants sincères du droit chemin.

Voici le véritable agenda de Rashad Khalifa, un homme qui a fait de 19 son idole, et à laquelle il a donné le pouvoir d’intercéder en sa faveur « par une opération du saint 19 » et de supplanter et déformer le sens du Coran, allant même jusqu'à atrophier ce dernier de deux versets (9:128-129), tout cela pour s’introniser, lui, Rashad Khalifa, messager de l’alliance.

Est-ce là suivre le Coran exclusivement - comme il l’a prétendu - ou est-ce se vouer à de la numérologie sans fondement et à d’abjectes idoles inventées de toutes pièces par l’esprit d’un homme qui a succombé à son propre ego ?

7.2 Rashad a régulièrement inséré son propre nom entre parenthèse dans sa traduction du Coran : Pourquoi c’est une manipulation du Saint Coran.

Rashad n’a pas hésité à ajouter à maintes reprises son propre nom entre parenthèses dans sa traduction.

Quelques exemples :

(13:30) We have sent you (O Rashad)* to this community, just as we did for other communities in the past. You shall recite to them what we reveal to you, for they have disbelieved in the Most Gracious. Say, "He is my Lord. There is no god except He. I put my trust in Him alone; to Him is my ultimate destiny."*

(25:56) We have sent you (Rashad) as a deliverer of good news, as well as a warner.

(34:28) We have sent you (O Rashad) to all the people, a bearer of good news, as well as a warner, but most people do not know.

(36:3) Most assuredly, you (Rashad) are one of the messengers.*

- Nous avons de très mauvaises nouvelles à annoncer à Rashad Khalifa : A chaque fois que Dieu parle à quelqu’un à la deuxième personne du singulier sans mentionner de nom, cela réfère systématiquement à notre saint prophète Mohammed, le dernier prophète, et jamais à personne d’autre. C’est une règle systématique et inviolable du Saint Coran.

- Par exemple, il est évident que le contexte de 36:3 réfère à Mohammed, car nous trouvons en 36:5 : « [Ceci est] une révélation du Tout Puissant, du Tout Miséricordieux ».

« Tanzila » (تنزيل, une révélation) est dérivé de la racine « nazala » qui signifie « descendre », « révéler » : 36:3 réfère de toute évidence au saint prophète, et certainement pas à un individu imbu de sa personne et qui se livre à des petits jeux de numérologie.

Ceci n’est qu’un simple exemple parmi tant d’autres qui montrent à quel point Rashad Khalifa a régulièrement inséré des éléments non coraniques dans sa traduction, qui est devenue un outil pour promouvoir l’agenda d’un faux messager, et non pas le pur Islam. De plus sa traduction est très mal écrite, criblée d’erreurs, d’oublis et d’imprécisions.

Voici un verset que Rashad Khalifa aurait du méditer avant de se livrer à toutes ses manipulations :

(6:93) Qui est plus injuste que celui qui invente un mensonge au sujet de Dieu et dit : « Ceci m’a été inspiré », alors que rien ne lui a été inspiré, ou celui qui dit : « Je révélerai quelque chose de similaire à ce que Dieu a révélé ». Si seulement vous pouviez voir les imposteurs à l’agonie de la mort, quand les anges étendent leurs mains : « Libérez vos âmes ! Aujourd‘hui vous avez encouru un châtiment humiliant car vous aviez l’habitude de dire au sujet de Dieu autre que la vérité, et vous étiez arrogants envers Ses versets. »

7.3. Rashad Khalifa a prétendu que Dieu a élu satan (au lieu d’Adam !) comme khalifa sur terre, pour se donner un prétexte d’ajuster artificiellement les données relatives aux mots « Rashad » et « Khalifa » et ainsi obtenir un multiple de 19 pour soi-disant « prouver » que son nom était codé dans le Coran.

Dans les toutes dernières années avant sa mort, Rashad a subitement changé d’avis et est devenu le premier « savant » (si on peut l’appeler ainsi) de l’histoire de l’Islam à avoir prétendu que Dieu a nommé satan comme Khalifa sur terre (voir annexe 2 et son commentaire de 2:30), ce en dépit du fait que le contexte du verset 2:30 montre très clairement que c’est en réalité Adam et sa descendance qui sont khalifa sur terre.

Il y a une raison bien précise, et disons le carrément vraiment « disgracieuse », pour laquelle il a subitement décidé que satan devait impérativement devenir khalifa sur terre a la place d’Adam, et elle est mentionnée dans l’appendice 2, fait nº 4 :

(4) Le mot « Rashad » apparaît en 40:29 & 38. Le mot « Khalifa » apparaît en 2:30 et 38:26. Le premier « Khalifa » réfère à un « Khalifa » non humain, pour le nommer, Satan, alors que le deuxième (sourate 38) réfère à un « Khalifa » humain. Si l’on ajoute les numéros de sourates et versets pour « Rashad » (40:29 & 38) et « Khalifa » (38:26) nous obtenons 40+29+38+38+26 = 171 = 19x9. [Fin de citation].

Examinons le verset 2:30, que Rashad a décidé d’écarter, ainsi que les suivants, pour comprendre le contexte :

(2:30) Et lorsque ton Seigneur (2ème personne du singulier = le Seigneur de Mohammed) a dit aux anges : « En vérité, j’ai élu un khalifa sur terre. » Ils ont répliqué : « Vas-tu y élire quelqu’un qui va semer la corruption et répandre le sang, alors que nous chantons Ta louange et Te sanctifions ? » Il s’écrit alors : « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ». (2:31) Et Il enseigna à Adam le nom de toutes choses, puis les montra aux anges. Il dit alors : « Informez-moi de leurs noms si vous êtes véridiques ! ». (2:32) Ils répondirent : « Gloire à toi ! Nous ne savons rien, si ce n’est ce que tu nous as enseigné. En vérité, Tu es Le Savant, Le Sage ». (2:33) Il dit : « Ô Adam, informe-les de leurs noms ». Il dit : « Ne vous ai-je point dit que, en vérité, je connais l’aspect caché des cieux et de la terre, et que je sais ce que vous révélez et ce que vous dissimulez ? » (2:34) Et nous dîmes aux anges : « Prosternez-vous devant Adam ! », ils se prosternèrent, à l’exception d’Iblis. Il refusa, car il était empreint d’arrogance ; il était du nombre des mécréants. (2:35) Et nous dîmes : « Ô Adam, habite, toi et ton épouse, dans le jardin, et mange librement où que tu le désires ; mais n’approche point de cet arbre, autrement, tu seras du nombre des gens malfaisants ».

Il est impossible que satan soit le khalifa, puisque 2:34 précise que satan était du nombre des anges qui ont reçu l’ordre de se prosterner devant Adam (autrement l’ordre de se prosterner ne se serait pas appliqué à lui). Serait-il logique, si Iblis était le khalifa sur terre, qu’il lui soit demandé de se prosterner devant Adam ? La raison pour laquelle Iblis a refusé de se prosterner devant le khalifa est qu’il était atrocement orgueilleux et jaloux qu’Adam ait été élu à sa place, s’estimant supérieur, lui qui a été créé de feu, alors qu’Adam a été créé d’argile (7:12, 38:76).

Rashad Khalifa était à l’origine terriblement déçu quand il a constaté que, malgré toutes ses tentatives numérologiques, il ne pouvait prouver « par une opération du saint 19 » que son nom était associé aux numéros de sourates et versets où l’on trouve les mots « rashad » et « khalifa ». Cela aurait pourtant été une « preuve » si irréfutable confirmant qu’il était messager de Dieu.  Mais enfin, c’était sans compter que Rashad Khalifa n’était pas du genre à abandonner si facilement ; alors il a médité, calculé, et s’est rendu compte que si c’était après tout satan qui était khalifa sur terre et non pas Adam, il devenait alors possible d’ajuster de son calcul le verset 2:30 car satan n’était pas un « khalifa humain », mais surtout, le miracle de 19 se révélait alors dans toute sa grandeur, puisqu’un précieux multiple de 19 apparaissait alors dans toute sa splendeur et le consacrait lui, Rashad Khalifa, messager de Dieu « par une opération du saint 19 » :

Rashad Khalifa, imposteur :

Annexe 2, fait nº4 : Le mot « Rashad » apparaît en 40:29 & 38. Le mot « Khalifa » apparaît en 2:30 et 38:26. Le premier « Khalifa » réfère à un « Khalifa » non humain, pour le nommer, Satan, alors que le deuxième (sourate 38) réfère à un « Khalifa » humain. Si l’on ajoute les numéros de sourates et versets pour « Rashad » (40:29 & 38) et « Khalifa » (38:26) nous obtenons 40+29+38+38+26 = 171 = 19x9.

Soyons clair : Si Rashad Khalifa n’avait pas obtenu un multiple de 19 en ajustant le verset 2:30, il n’aurait jamais adopté la croyance absurde que satan puisse être khalifa sur terre. Il s’est laissé aveugler par son égo parce qu’il voulait à tout prix être messager de Dieu « par une opération du saint 19 », au mépris du contexte coranique flagrant que c’est bien Adam qui a été élu khalifa, ce qui a révélé l’orgueil, la jalousie et la mécréance d’Iblis, et provoqué sa chute. Le moins que l’on puisse dire est que le comportement de Rashad Khalifa est vraiment pathétique, et absolument inqualifiable.

Rashad avait déjà utilisé une technique similaire quand il s’est rendu compte en 1980 qu’en fait la fréquence du mot « Dieu » dans le Coran n’était pas 2698 (19x142), comme il l’avait cru pendant plusieurs années, mais 2699, ce qui réduisait à néant son interprétation du miracle de 19 au sujet du Bismillah : Il ne s’est pas découragé, et a réussi à identifier deux versets (9:128-129) qui paraissaient suspects à ses yeux selon certains hadiths (oui, ces mêmes hadiths qu’il a qualifié à juste titre « d’innovations sataniques »), ce qui lui a permis de retomber sur ses pattes avec son interprétation du miracle de 19, en proclamant que 9:128-129 était inauthentiques et que lui, Rashad Khalifa, était le messager de Dieu venu purifier le Coran, lui dont le nom était codé dans le Coran « de manière irréfutable », « par une opération du saint 19 ».

7.4 Messager de l’alliance, messie, christ et mahdi : Rashad et la folie des grandeurs

En septembre 1989, 5 mois avant sa mort tragique, Rashad Khalifa a fait l’annonce solennelle suivante dans Submission Perspective, son journal mensuel :


Par l’entremise de Gabriel : J’ai reçu l’ordre de faire l’annonce suivante :

APRES MA MORT, DES MILLIONS DE CROYANTS SAURONT que je représente le Messie que les juifs ont attendu, le Christ que les chrétiens ont espéré, le Mahdi pour lequel les musulmans ont prié… je suis le Messager de l’Alliance [Malachie 3:1-8, Coran 3 :81]


Cette proclamation faisait suite à un article rejetant les versets 9:128-129, basé sur le genre de manipulation que nous avons étudié dans la section 1.

Lisons attentivement ce que Rashad dit : Il prétend que l’ange Gabriel (excusez du peu) lui a ordonné d’annoncer (1) qu’il représente le Messie que les juifs ont attendu, (2) le Christ que les chrétiens ont espéré, (3) le Mahdi pour lequel les musulmans ont prié et (4) qu’il est le messager de l’alliance.

Cela n’a aucun sens pour plusieurs raisons :

(1) Le messie que les juifs ont attendu est déjà arrivé et c’est Jésus, et non Rashad Khalifa.

(2) Le Christ que les chrétiens ont espéré est également déjà arrivé et c’est Mohammed.

(3) La prophétie du Mahdi est une fausse prophétie de l’Islam shiite purement basée sur des hadiths sans fondement, et du même type que ceux que Rashad a qualifié à juste titre « d’innovations sataniques ». Cela n’a aucune base coranique : Le mot « mahdi » n’existe même pas dans le Coran ! C’est donc par définition une fausse prophétie.

(4) Nous avons prouvé en détail dans la section 6 que 3:78, 3:81 et 33:7 n’ont rien à voir avec Rashad Khalifa et que l’alliance des prophètes montre que chaque prophète est confirmé par un messager, et non pas seulement un seul messager final comme Rashad l’a prétendu.

Rashad Khalifa a donc tout faux, et sur toute la ligne. La proclamation grandiloquente ci-dessus est du même acabit que la numérologie sans fondement à laquelle il s’est livré pour s’auto-introniser messager de Dieu « par une opération du saint 19 ».

L’ange Gabriel pourrait-il ordonner à une personne de proclamer des mensonges, à savoir qu’il puisse « représenter » des messagers décédés et qui ont déjà accompli leur mission (Jésus, Mohammed), ainsi qu’un personnage légendaire issu du folklore des hadiths et sans le moindre fondement coranique (le Mahdi) ?!

Rashad est devenu si imbu de sa personne à la fin de sa vie que jouer le rôle de messager de l’alliance en manipulant le Coran avec des multiples de 19 ne lui suffisait plus : C’est pourquoi il a sombré dans le ridicule et la folie des grandeurs en tentant d’incarner tous les personnages d’une seule et même pièce de théâtre.

L’imposture de Rashad Khalifa est non seulement flagrante ; sa proclamation ubuesque montre qu’il avait perdu tout sens des réalités.

Plus de vingt années après sa mort, où sont les millions de gens qui savent que Rashad Khalifa « représente le Messie que les juifs ont attendu, le Christ que les chrétiens ont espéré, le Mahdi pour lequel les musulmans ont prié… » ? Parce que Rashad a mêlé le vrai au faux dans son message, et qu’il a notamment prétendu rejeter les hadiths (en réalité, il n’a jamais hésité à les utiliser quand cela l’arrangeait, c'est-à-dire pour la prophétie du Mahdi, de la fin du monde et pour les soi-disant « faux versets »), il a eu un certain succès, bien que limité, auprès de croyants sincères qui aspirent à suivre le Coran exclusivement. Mais la vérité rattrape toujours le mensonge, et son message comporte tellement d’erreurs et de duperie que son mouvement ne peut être qu’irrémédiablement voué à disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.islam-du-coran.fr
Partager cet article sur : reddit

Rashad Khalifa : imposteur :: Commentaires

Gold Kalam
Re: Rashad Khalifa : imposteur
Message Dim 13 Aoû - 8:59 par Gold Kalam
8. Fausse prophétie = faux messager

Rashad Khalifa a prophétisé l’année de la fin du monde grâce à un hadith à partir duquel il a établi un lien entre les initiales coraniques et la fin des temps. Nous allons dans un premier temps démontrer que les initiales coraniques ne sont même pas codées avec le nombre 19, puis ensuite facilement démolir sa fausse prophétie.

8.1 Les initiales coraniques

L’étude des initiales coraniques est ce qui a à l’origine mené Rashad Khalifa à penser que l’intégralité des sourates préfigurées par des initiales étaient codées avec un système basé sur le nombre 19. Nous avons prouvé de façon détaillée dans la version anglaise que c’est rigoureusement faux. Nous nous contenterons ici de ne citer que quelques exemples pour rester bref, et le lecteur pourra facilement se référer à l’article en anglais sur islamrevolution.org pour plus de détails.  Le lecteur constatera que Rashad a utilisé pour les initiales coraniques exactement le même type d’approche manipulatoire que pour « prouver » que son nom était « miraculeusement codé » par une opération du saint 19. De plus, et comme il l’a fait avec les quatre mots du « Bismillah » en supprimant deux versets du Coran, et en refusant de compter la fréquence du mot « nom » correctement pour forcer des multiples de 19, il n’a pas hésité à tricher et falsifier le Coran en ajoutant des lettres lorsqu’il était dans une impasse totale que ses manipulations habituelles ne pouvaient résoudre, comme nous le verrons avec la sourate 68 que nous allons étudier ci-après.

Les 29 sourates comportant des initiales :

1. A.L.M (الم).: Sourates 2,3,7,13,29,30,31,32.

2. A.L.M.S. (المص): Sourate 7

3. A.L.R. (الر): Sourates 10,11,12,13,14,15.

4. A.L.M.R. (المر): Sourate 13

5. K.H.Y.A.S. (كهيعص): Sourate 19

6. T.H. (طه): Sourate 20

7. T.S.M. (طسم): Sourates 26,28

8. T.S. (طس): Sourate 27

9. Y.S. (يس): Sourate 36

10. S. (ص): Sourate 38

11. H.M. (حم): Sourates 40,41,42,43,44,45,46

12. ’A.S.Q. (عسق): Sourate 42

13. Q. (ق): Sourates 42, 50

14. N. (ن): Sourate 68

Remarque: chaque fois que Rashad a compté les initiales dans les sourates à initiales, il a toujours inclus les « Bismillahs » non numérotés.

8.1.1 La lettre N (ن) dans la sourate 68

Rashad n’a pu parvenir à un décompte multiple de 19 pour la lettre initiale « N », car il n’y en a que 132, qui n’est pas multiple de 19. Fidèle à son esprit manipulatif, Rashad ne s’est pas découragé et a prétendu que la lettre « N » était écrite « NWN » (نون = NOUN = trois lettres initiales) dans l’original du Coran, bien qu’il n’ait jamais pu apporter la moindre preuve que c’était le cas ni dans les plus anciennes copies du Coran, ni dans des plus récentes. Il a ainsi pu prétendre retomber sur ses pattes en disant que la lettre « N » apparaissait 133 fois dans la sourate (19 x 7). Le problème est que si l’on assume, comme l’a affirmé Rashad, qu’il y a en fait trois lettres initiales dans la sourate 68 (نون), il convient de compter la fréquence des trois lettres, et non pas seulement de la seule lettre « N » comme l’a fait Rashad qui n’hésite jamais à manipuler les données pour arriver à ses fins coûte que coûte (comme nous l’avons par exemple déjà prouvé précédemment avec les mots « rashad » et « khalifa » où il a injustement exclus 2:30).

Il y a donc 133 lettres « N » (en assumant que Rashad ait raison et qu’il y ait une « double initiale N ») + 96 lettres « W » = 229, qui n’est pas multiple de 19 !

En d’autres termes, si l’on établi le vrai décompte des lettres qui composent l’arrangement de lettres initiales « NWN » (نون = Noon = trois lettres initiales) dans la sourate 68, on n’obtient pas non plus de multiple de 19. Mais comme Rashad est un maître manipulateur et qu’il voulait toujours avoir raison même quand il est évident qu’il avait tort, il a décidé unilatéralement, et en dépit du bon sens, qu’il fallait uniquement établir le décompte de la lettre « N » et « oublier » la lettre « W », car autrement toute sa théorie s’écroulait comme un château de cartes. Quand ça l’arrange, il invente une deuxième lettre « N » pour équilibrer les comptes « par une opération du saint 19 », mais quand ça ne l’arrange pas, il faut impérativement « oublier » de compter la lettre « W » parce, vous comprenez, elle est un peu comme un hologramme. Elle existe, mais en fait elle n’existe pas. Vous me suivez ou faut-il que je refasse le petit tour de passe-passe ?

Les fourberies de Rashad: Même en trichant et en falsifiant le Coran en ajoutant arbitrairement deux lettres initiales sans aucune raison valable ni la moindre preuve, Rashad n’a malgré tout même pas pu obtenir une fréquence multiple de 19.


Il a dû recourir à une fourberie digne d’un Scapin en décidant de ne focaliser l’attention que sur la lettre « N » : Chuuut ! On va prétendre que la lettre « W » (و)  n’existe pas ou ne compte pas, avec un peu de chance, personne ne s’en rendra compte.

8.1.2 Sourate 38 : La lettre S (ص)

La lettre S apparaît 29 fois dans la sourate 38, non multiple de 19.

Parce qu’il n’a pas obtenu de multiple de 19, Rashad a décidé de compter cette lettre dans toutes les sourates à initiales où la lettre est présente, même lorsqu’elle est combinée à d’autres lettres (sourate 7  = المص  et  sourate 19 = كهيعص). Il a ainsi obtenu un total de 152 = 19x8.

8.1.3 T.H. (طه): Sourate 20

Dans la sourate 20, les lettres T et H apparaissent respectivement 28 + 251 = 279, non multiple de 19.

8.1.4 T.S.M. (طسم): Sourates 26,28

Dans les sourate 26 and 28, les initiales « T.S.M. » apparaissent respectivement 52 (T) + 196 (S) + 944 (M) = 1192, non multiple de 19.

8.1.5 T.S. (طس): Sourate 27

Les initiales « T.S. » apparaissent respectivement 27 (T) + 94 (S) = 121 fois, non multiple de 19.

Parce que Rashad a échoué d’identifier un système basé sur 19 dans les sourates comportant les initiales (1) “T.H.”, (2) “T.S.M.”, and (3) “T.S.” (au total, quatre sourates à initiales de suite!), il a eu recours, comme il en a l’habitude, à la manipulation et a fait le commentaire suivant dans l’annexe 1 au sujet d’un groupe d’initiales sans la moindre logique scientifique qu’il a intitulé le groupe d’initiales « H., T.H., T.S. & T.S.M. »:

« Une relation [de nature] imbriquée et complexe lie ces initiales coraniques, qui se chevauchent les unes les autres pour produire un total qui est également multiple de 19. L’initial « H » est présente dans les sourates 19 et 20. Les initiales « T.H. » préfacent la sourate 20. Les initiales « T.S. » se trouvent dans la sourate  27, alors que les initiales « T.S.M. » préfacent les sourates adjacentes 26 & 28. » (Rashad Khalifa, annexe 1 de sa traduction du Coran).

Rashad essaie de se convaincre, ainsi que le lecteur, qu’il y a « une relation [de nature] imbriquée et complexe qui lie ces initiales coraniques » (H., T.H., T.S. & T.S.M.) avec les sourates 19, 20, 26, 27, 28. Cette expression très vague peut paraître élaborée, mais ne signifie en réalité absolument rien car ces séries d’initiales sont très différentes les unes des autres et n’ont même pas de dénominateur commun en matière d’initiales (!): H., T.H., T.S. & T.S.M. = aucun dénominateur commun.

De plus, Rashad choisit arbitrairement l’initial « H » dans la sourate 19 en laissant de coté les quatre autres (K.H.Y.A.S.) ! La vraie raison pour laquelle il les a écartées est que sinon il n’obtiendrait pas de multiple de 19. Quoi qu’il en soit, il est évident que le soi-disant groupe « H., T.H., T.S. & T.S.M. » constitue une tentative désespérée et dénuée de toute logique de réconcilier l’irréconciliable « par une opération du saint 19 », alors que Rashad avait lamentablement échoué d’obtenir une fréquence multiple de 19 pour ces quatre sourates à initiales consécutives (sourates 20, 26, 27, 28).

8.1.6 Initiales A.L.M., A.L.M.S., A.L.M.R. and A.L.R.

On trouve ces initiales dans les sourates 2,3,7,10,11,12,13,14,15,29,30,31 et 32, et même submission.org a reconnu que Rashad s’était trompé en calculant la fréquence de ces initiales, ce qui veut dire que les résultats que l’on trouve dans l’annexe 1 sont totalement faux. Submission.org a tenté de recompter ces initiales et prétend avoir finalement identifié un système basé sur 19. Il ont inclus la lettre « hamza » (ء) dans leur décompte, comptée en tant qu’alif (lettre A), alors que cette dernière n’existe même pas dans l’original du Coran. C’est donc de la conjecture, et de toute façon ne résout pas par exemple le fait que les initiales des sourates 20, 26, 27, 28 et 68 ne sont pas indexées sur le nombre 19.

Conclusion au sujet des sourates à initiales

Au bout du compte, il y a au moins 18 sourates sur 29 (pour rester conservateur) dont il est certain que les initiales n’ont aucune corrélation avec 19. La théorie de Rashad Khalifa comme quoi les initiales coraniques sont indexées sur le nombre 19 est un gigantesque fiasco sans aucun mérite scientifique. Une fois de plus, il a utilisé plusieurs méthodes au lieu d’une seule pour tenter d’obtenir des multiples de 19, accroissant ainsi la possibilité d’obtenir des multiples de 19 par accident ; il a inventé des groupes d’initiales sans aucun lien entre elles, et bien qu’il ait rajouté des lettres et falsifié le Coran dans la sourate 68, il n’arrive même pas à un décompte basé sur 19, comme nous l’avons prouvé. Que reste-t-il de sa théorie ? Pas grand chose.

8.1.7 Rashad Khalifa Prophétise la fin du monde : Sa théorie est inspirée d’un hadith et les chiffres ne font pas le compte.

Dans l’annexe 26, Rashad Khalifa a prédit la fin du monde en pensant que ce qu’il appelle les « sept pairs » en 15:87 référent aux initiales coraniques, car ces dernières ont sept arrangements différents. C’est totalement faux car les arrangements d’initiales coraniques ne répondent en aucune façon à la définition de « paires », et sont au contraire extrêmement variés.

En réalité, nous avons prouvé dans l’article sur la salât que l’expression « sab’an minal mathani » (« les sept [récités] en séries de deux », ou paires) en 15:87 réfère à la sourate 1 qui est récitée sous forme de paires (par deux) dans la prière rituelle. Ca démarre très mal, mais enfin, lisons ce que Rashad dit dans l’annexe 26 :

« La valeur mathématique des « sept paires » d’initiales coraniques ont pour total 1709 (voir également le tableau dans l’annexe 1). D’après 15:87, le monde survivra 1709 années lunaires à partir du moment où cette prophétie a été établie. Ce qui signifie que la fin du monde aura lieu en 1710 de l’hégire. Ce nombre est multiple de 19; 1710 = 19 x 90. Cette information a été révélée en l’an 1400 de l’hégire, 309 années avant la prophétie de la fin du monde, (1709 - 1400 = 309). Ce nombre est un nombre coranique (18:25), et est lié à la fin du monde (18:21). La façon particulière dont s’écrit 309 en 18:25, « trois cent années, auxquelles s’ajoutent neuf », indique que les 309 années sont lunaires. La différence entre 300 années solaires et 300 années lunaires est de neuf années.  L’année de cette découverte, 1400 AH, coïncide avec l’année 1980, et 1980 plus 300 années solaires donne 2280, également un multiple de 19, 19x120. Ainsi, le monde touchera à son terme en 1710 AH, 19x90, ce qui coïncide avec 2280, 19x120. Pour les mécréants qui n’acceptent pas ces profondes preuves coraniques, la fin du monde aura lieu de façon soudaine (6:31, 44, 47; 7:95, 187; 12:107; 21:40, 22:55; 26:202; 29:53; 39:55; 43:66; et 47:18). »

Fidele à son habitude, Rashad Khalifa voit le nombre 19 partout, même lorsqu’il n’est pas là. L’année lunaire 1709 n’est pas multiple de 19 (1709 = valeur mathématique des sept types d’arrangements de lettres coraniques), c’est un nombre premier. Il ne pouvait résister au fait de manipuler et falsifier, comme il l’a fait à de maintes reprises, et a dit que le « le monde survivra 1709 années lunaires à partir du moment où cette prophétie a été établie. Ce qui signifie que la fin du monde aura lieu en 1710 de l’hégire. Ce nombre est multiple de 19; 1710 = 19 x 90 ».

Vous voyez bien le nombre 1709 ? Et bien hop, le voilà transformé en 1710 = 19x90 ! Il a ensuite remarqué que l’année lunaire 1710 (19x90) coïncide avec l’année solaire 2280 (19x120), et voilà, le tour est joué, « par une opération du saint 19 » ! Bien sûr, « pour les mécréants qui n’acceptent pas ces profondes preuves coraniques, la fin du monde aura lieu de façon soudaine. ». En d’autres termes, si vous avez le malheur de ne pas croire cette manipulation évidente (1709 devient 1710, par une opération du saint 19), vous allez périr en enfer.

Mais enfin, revenons à nos moutons, car Rashad Khalifa a en fait révélé comment il est parvenu à penser que la prophétie de la fin du monde était codée au travers des initiales coraniques : Ce n’est pas une inspiration coranique, ou une révélation de Gabriel, ou parce que Dieu lui a parlé, mais une méditation dérivée d’un hadith !:

Les juifs de Médine vinrent au prophète et dirent : « Ton Coran démarre avec les initiales A.L.M., et ces initiales déterminent la durée de vie de ta religion. Puisque « A » correspond à 1, « L » à 30, et « M » à 40, cela signifie que ta religion survivra juste 71 ans. » Muhammad répondit : « Nous avons aussi A.L.M.S ». Ils dirent : « A » correspond à 1, « L » à 30, « M » à 40, et « S » 90. Cela fait 161. Est-ce que tu as autre chose ? » Le prophète répondit : «  Oui, A.L.M.R. » Ils dirent : « C’est plus long et plus conséquent ; « A » correspond à 1, « L » à 30, « M » à 40, et « R » à 200, ce qui fait 271. » Finalement ils abandonnèrent en disant : « Nous ne savons pas combien d’initiales il a reçu ! ».

Rashad ajoute qu’il s’agit de « la célèbre référence ITQAAN, d’Al Suyuti ».

Bien sûr Rashad se défend en disant que « alors que les hadiths sont interdits en tant que source d’enseignements religieux (annexe 19), cela peut être utile en tant que source historique ». En réalité, il nous enseigne et dérive la date de la fin du monde à partir d’un hadith dont nous savons qu’ils sont interdits par le Coran (lire « Hadiths, l’Islam défiguré » sur ce website). Rashad menace les gens qui rejettent ce qu’il appelle « des faits coraniques » au sujet de la prophétie de la fin du monde d’être des « mécréants ; En fait, il n’y a absolument rien dans le Coran qui établit un lien entre les sept types d’arrangements d’initiales coraniques et la fin des temps. Tout est basé sur les hallucinations de Rashad Khalifa inspirées d’un hadith, sa mauvaise interprétation du verset 15:87, et une manipulation pour nous faire croire que 1709 = 1710, car il lui fallait impérativement « prouver » la fin du monde « par une opération du saint 19 ».

Il s’agit d’une preuve supplémentaire que Rashad prétendait qu’il suivait le Coran exclusivement, mais les faits démontrent qu’il en était incapable.

Tout au long de l’histoire de l’humanité, des centaines, et plus probablement des milliers de personnes, ont tenté de prédire la fin du monde. Comme Rashad Khalifa, ils ont tous misérablement échoué en se basant sur de la conjecture.

Dieu a avertit le genre humain dans la Bible et le Coran que personne ne peut prédire la fin du monde :

Matthieu 24:36 : « Quant au jour et à l'heure où cela se produira, personne ne le sait, pas même les anges du ciel; mais le Père seul. »

Remarque: Les Bibles modernes ont rajouté l'expression « ni même le Fils » après « les anges du ciel », pour tenter de faire croire que Jésus est le fils de Dieu, mais l’expression ne se trouve pas dans certains manuscrits bibliques les plus anciens.

Coran (33:63) : « Les gens t’interrogent [Ô Mohammed] au sujet de l’heure (la fin du monde). Proclame ! « Sa connaissance est du ressort exclusif (انما  = innamâ, particle exclusive) de Dieu ! ». Et qu’en sais-tu toi-même ? Il se peut que l’heure soit proche.

Rashad a détourné le sens de 20:15 en disant que l’heure était « presque cachée », en spéculant qu’elle allait être révélée à quelqu’un.

The Hour (end of the world) is surely coming; I will keep it almost hidden, for each soul must be paid for its works. (Traduction : Rashad Khalifa)

Un traduction du Coran bien plus précise serait :


ان الساعة ءاتية اكاد اخفيها لتجزى كل نفس بما تسعى


(20:15) En vérité, l’heure viendra. Mais J’ai tenu à en garder le secret, pour que chaque âme soit rétribuée en fonction de ce qu’elle a acquit.

Le verbe à l’imparfait « akâda » signifie dans ce contexte « j’ai tenu » ou « J’ai voulu », et non pas « je l’ai presque tenu », comme c’est souvent traduit, et pas seulement par Rashad Khalifa. Le verbe « Kâda » signifie « être sur le point de », « vouloir », « avoir l’intention de », et le contexte coranique de 33:63 prévaut car il ferme la porte à la possibilité de prédire avec succès la fin du monde.

Un vrai croyant ne s’aventurerait jamais à prédire la fin du monde par crainte de Dieu, car Il nous a clairement dit que Lui seul en a la connaissance (33:63, 20:15). Ceux qui, comme Rashad Khalifa, s’y aventurent, sont des transgresseurs.

L’idée d’être la personne choisie pour révéler au genre humain la fin du monde peut être très séduisante pour une personne avec un mauvais état d’esprit. Rashad était si fier de penser qu’il était le messager élu pour la révéler.

Fausse prophétie = faux prophète : Il a simplement ajouté son nom à la très longue liste de faux prophètes qui n’ont pas retenu l’avertissement de Dieu dans les saintes écritures et se sont laissés séduire par leur orgueil, même s’il a joué sur les mots en ne prétendant être qu’un messager.

Conclusion

- En 1974, 1406 années lunaires après la révélation du Coran (19x74), Rashad Khalifa a estimé qu’il avait été choisi pour révéler un grand miracle dont il est fait allusion dans la sourate 74 où le nombre 19 est mentionné : Il a cru identifier un système basé sur le nombre 19 dans les sourates comportant des lettres initiales. Nous avons démontré que sa théorie ne tient pas debout car la fréquence des lettres initiales n’est pas multiple de 19 dans au moins 18 sourates sur 29. De plus, Rashad a démontré dès la première heure qu’il était un manipulateur et un falsificateur en ajoutant deux lettres initiales à la sourate 68 en tentant de faire passer en force sa théorie, et n’est même pas parvenu à un multiple de 19, même en ajoutant à tort les deux lettres.

- Il a très longtemps cru que la fréquence des quatre mots du Bismillah était multiple de 19, quand il s’est rendu compte en 1980 qu’il avait mal calculé la fréquence du mot « Dieu », qui est en réalité de 2699, non multiple de 19. Au lieu de se remettre en cause, et par orgueil, il a falsifié sa copie du Coran en enlevant deux versets (9:128-129) pour rétablir artificiellement une fréquence multiple de 19. De plus, nous avons prouvé que la fréquence du mot « nom » dans le Coran est de 22, et non pas 19, mais Rashad était un tricheur et ne pouvait pas accepter que la fréquence ne soit pas 19. Il déformé la vérité en prétendant que Mohammed n’était pas « miséricordieux », tel que mentionné en 9:128, alors que même les simples croyants (et le prophète) sont qualifiés de « miséricordieux » en 48:29.

- A partir de là, plus rien, si ce n’est Dieu, ne pouvait arrêter Rashad Khalifa, qui a proclamé être messager de l’alliance, en manipulant le sens de 3:78, 3:81 et de 33:7. Il s’est voué à la numérologie pour prouver que son non était « miraculeusement » codé dans le Coran, « par une opération du saint 19 », le nombre auquel il a voué un véritable culte destiné à flatter sa propre personnalité. Nous avons prouvé que ses méthodes sont arbitraires et non pertinentes d’un point de vue statistique. Il est allé jusqu’à prétendre que satan était le khalifa sur terre à la place d’Adam parce que cette manipulation lui permettait de prétendre que les mots « rashad » et « khalifa » étaient codé avec 19.

- Il a encore prédit la fin du monde pour 2280, par pur orgueil, alors que la Bible et le Coran nous avertissent que Dieu seul en a connaissance.

- Il a finalement connu une fin tragique, assassiné par un terroriste, ce dernier ayant été justement condamné à la prison à vie en 2012. Mon interprétation est que, compte tenu des immenses péchés qu’il a commis en manipulant et déformant le Coran à des fins personnelles, Dieu ne l’a pas protégé contre les agissements des fanatiques qui ont fomenté son assassinat.

C’est réellement dommage qu’il en soit arrivé là, alors qu’il a été un temps durant l’un des pionniers du renouveau de l’Islam en prêchant un Islam basé sur le Coran exclusivement, rejetant les hadiths et la sounna qui déforment son message. Il s’est malheureusement finalement écarté du vrai Islam en déviant du message coranique, séduit par un orgueil démesuré, et vouant un véritable culte au nombre 19 et à la numérologie.

Cet article suffit amplement à prouver que Rashad Khalifa était un imposteur ; vous pouvez également vous référer à l’article publié en anglais sur quranaloneislam.net, et qui comporte encore plus de détails sur le sujet.

Source : https://www.islamcoranique.org/rashad-khalifa-imposteur-2
Gold Kalam
Re: Rashad Khalifa : imposteur
Message Dim 13 Aoû - 9:06 par Gold Kalam
La Plume a écrit:
J'ai déja poster sur ta chaîne un commentaire sur l'imposture de R.K, on ne peut prétendre être messager et annoncé le terme de l'Heure, c'est tout bonnement une hérésie et se condamner à l'Enfer, de plus, renier deux verset c'est de surcroit de la mécréance.

Frère, n'y voit aucune animosité, par Allah j'aime le contenu de tes vidéos mais là je peux pas...

Rashad Khalifa a été l’un des pionniers qui a compris que l’Islam est basé exclusivement sur le Coran et non sur les hadiths. En dépit d’un certain nombre de contributions positives, il a malheureusement finalement succombé pendant les dernières années de sa vie à un péché d’orgueil et a trahi le message du Coran en prétendant être le messager de l’alliance. Il a par exemple notamment proclamé qu’il était destiné à purifier le Coran de deux faux versets (9:128-129) et a prédit la date de la fin du monde pour 2280.

79 : 42 Ils t'interrogent au sujet de l'Heure: « Quand va-t-elle jeter l'ancre ? »

43 Quelle [science] en as-tu pour le leur dire ?

44 Son terme n'est connu que de ton Seigneur.

07 : 187 Ils t'interrogent sur l'Heure: « Quand arrivera-t-elle ? » Dis: « Seul mon Seigneur en a connaissance. Lui seul la manifestera en son temps. Lourde elle sera dans les cieux et (sur) la terre et elle ne viendra à vous que soudainement. » Ils t'interrogent comme si tu en étais averti. Dis: « Seul Allah en a connaissance. » Mais beaucoup de gens ne savent pas.

Frère c'est marquer noir sur blanc, dans le marbre.

En vérité, Le Coran à sa science mathématique mais je le dis c'est le message qui compte et donc le cœur de la Loi que celui qui à un cœur comprenne.


Inexorablement le musulman doit croire à l’Heure car elle fait partie de notre croyance sans elle, la foi est incomplète, l’Heure est synonyme à la Résurrection car Dieu doit détruire ce monde pour le reconstruire et nous juger ce sont la teneur de mes travaux.

Nous devons croire en Allah, ses anges, ses prophètes, ses Livres et au Jour Dernier je ne t’apprends rien.

En croyant à la fin du monde, c’est croire au Paradis et à l’Enfer et donc au Jugement, c’est un point focal du Coran nombreux sont les versets parlant de cela et c’est une des missions du messager qui averti les hommes qu’ils seront ressuscités.

Se proclamer messager sans avoir eu de révélation est traduisible par l’Enfer :

"Et quel pire injuste que celui qui fabrique un mensonge contre Allah ou qui dit: «Révélation m’a été faite», quand rien ne lui a été révélé. (...) (Coran 06 : 93)

Nous pouvons être une lumière sans être messager, j’ai croisé plusieurs frères qui s’estiment messager sans aucune preuve formelle mais parce que ils ont été enjolivés par leurs égos et dans la loi des prophètes, il y à une révélation à travers un anges où derrière un voile.

Être messager équivaut à être porteurs d’un message directement mandaté par Dieu, celui-ci est une lumière mais n’a pas la science infuse. Des serviteurs de Dieu peuvent avoir d’autres sciences cf. Moïse et le Verdoyant.

J’ai lu ton livre qui est excellent, je sais que tu aime beaucoup R.K et Dieu nous jugera pour chacun de nos actes ce jour-là mais il faut reconnaître qu’il n’est pas messager à cause de cet écart qu’il a fait à la fin de sa vie.

Ce qui est dangereux est de suivre le fait qu’il renie deux versets du Coran alors que Notre Souverain dit :

41 : 41 Ceux qui ne croient pas au Rappel [le Coran] quand il leur parvient... alors que c'est un Livre puissant [inattaquable];
42 Le faux ne l'atteint [d'aucune part], ni par devant ni par derrière : c'est une révélation émanant d'un Sage, Digne de louange.

Allah], l’Exalté, dit: «En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes Gardien.» [Sourate Al-Hijr-Verset: 9.]

Et jusqu’à preuve du contraire en déplaise à ceux qui le suivent avec passion malgré tout leurs calculs d’humains limités le Coran est un livre qui sort des ténèbres à la Lumière par la grâce du Seigneur de Lumière :

Et c'est ainsi que Nous t'avons révélé un esprit [le Coran] provenant de Notre ordre. Tu n'avais aucune connaissance du Livre ni de la foi; mais Nous en avons fait une lumière par laquelle Nous Guidons qui Nous voulons parmi Nos serviteurs. Et en vérité tu guides vers un chemin droit, (42/52)
Gold Kalam
Re: Rashad Khalifa : imposteur
Message Dim 13 Aoû - 9:22 par Gold Kalam
Cette rubrique montre clairement et incontestablement que Rashad Khalifa est un imposteur et au lieu de guider les âmes vers l'esprit du Coran, il les emmène au fin fond des ténèbres avec la numérologie la grande porte à la mécréance, preuve en est, celui-ci à renier deux versets du Coran et prédit la fin du Monde... Un messager qui contredit le message, qu'est-ce donc si ce n'est un charlatan qui sombrera éternellement dans le Feu d'Allah ?

Alfou aime ce message

Gold Kalam
Re: Rashad Khalifa : imposteur
Message Lun 14 Aoû - 22:17 par Gold Kalam
Rashad Khalifa et les adeptes de sa secte prédisent l’Heure avec un grand H :

https://quranix.org/appendix/final/25

J’ai échanger avec certains de ces férus de mathématique guématrique et le résultat est catastrophique… Avec des mathématique numérologique ils essayent de trouver des choses qui contredise le message en lui-même, c’est un certains orgueil vis-a-vis de la majorité en détenant une certaines science « secrète » c’est purement une stratégie du diable comme avec les franc-maçon ect… le diable ne fais pas de distinction son but est d’emporter avec lui le plus de bani Adam possible quel que soit sa race, sa religion ou sa nation… Qu’Allah fesse de nous ces serviteurs purifié « Mukhlaseen ».

2 : 13 Et quand on leur dit: « Croyez comme les gens ont cru », ils disent: « Croirons-nous comme ont cru les faibles d’esprit ? » Certes, ce sont eux les véritables faibles d’esprit, mais ils ne le savent pas.
~~~~~~~~~~~~~~
Rashad khalifa le messager d’Allah auto-proclamé contredit lui-même le message d’Allah :

7 : 187 Ils t’interrogent sur l’Heure: « Quand arrivera-t-elle ? » Dis: « Seul mon Seigneur en a connaissance. Lui seul la manifestera en son temps. Lourde elle sera dans les cieux et (sur) la terre et elle ne viendra à vous que soudainement. » Ils t’interrogent comme si tu en étais averti. Dis: « Seul Allah en a connaissance. » Mais beaucoup de gens ne savent pas.
188 Dis: « Je ne détiens pour moi-même ni profit ni dommage, sauf ce qu’Allah veut. Et si je connaissais l’Inconnaissable, j’aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m’aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu’un avertisseur et un annonciateur ».

Lorsque j’ai cité ce verset a ce frère, ils ne savait pas ou se mettre jusqu’à me traiter d’orgueilleux, moi qui l’exhorte pour lui faire voir son erreur… Allah guide qui Il veut et égare qui Il veut. Qu’Allah nous guide et le guide.




Les adeptes de numérologie musulmanes sont les descendants des sorciers maquillés, c’est l’étape 1 puis la 2 c’est le non-retour… J’ai vu beaucoup de coraniste a cause de la guématrie aller du coté de la Kabbale ect…

Il ose dire des paroles d’une lourdeur que les Cieux et la Terre se fendrait s’ils la prononçaient…



Ils contredisent la parole d’Allah inscensé qu’ils sont, le diable a enjolivé leurs actions.

18 : 27 Et récite ce qui t’a été révélé du Livre de ton Seigneur. Nul ne peut changer Ses paroles. Et tu ne trouveras, en dehors de Lui, aucun refuge.

15 : 9. En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien.

Ce groupe vien d’un groupe Discord nommé Coran Seul puis chacun ayant appris les enseignements sectaire part de son coté égarés leurs frères… Voilà les coraniste !

Notre religion est l’Islam nous sommes Musulmans et notre voie est celle D’Abraham (as) notre Livre est le Coran et Notre Noble Seigneur est ALLAH telle est l’anse la plus solide.

31 : 21 Et quand on leur dit: « Suivez ce qu’Allah a fait descendre », ils disent: « Nous suivons plutôt ce sur quoi nous avons trouvé nos ancêtres. » Est-ce donc même si le Diable les appelait au châtiment de la fournaise !
22 Et quiconque soumet son être à Allah, tout en étant bienfaisant, s’accroche réellement à l’anse la plus ferme. La fin de toute chose appartient à Allah.
Re: Rashad Khalifa : imposteur
Message  par Contenu sponsorisé
 

Rashad Khalifa : imposteur

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Islam du Coran - La Plume d'Or  :: Islam :: La réalité sur les hadiths-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: